Isolation : les bonnes questions à se poser

L’isolation est un point clé de la construction ou la rénovation de votre maison ou appartement. Elle évite les déperditions de chaleur au travers des murs, afin d’alléger votre facture de chauffage. Les travaux d’isolation sont donc des travaux importants en termes de confort, d’économie et de protection de l’environnement.

Déperdition de chaleur dans la maison

Si vous vous lancez dans l’isolation d’une maison ancienne, il est préférable de faire réaliser un diagnostic par un professionnel. Celui-ci saura ainsi vous conseiller sur la meilleure solution d’isolation à adopter en fonction de la nature de vos murs et de votre toiture (ossature bois, toiture tuile, ardoise, chaume, etc.)

Choisir le type d’isolation dans le cadre de travaux de construction ou de rénovation n’est pas une simple affaire. Les techniques et produits disponibles sont nombreux. Autant dire tout de suite qu’il n’y a pas de solution unique, mais voici quelques critères pour vous aider à mieux comprendre l’isolant et ses propriétés :

  • La performance thermique . Le premier critère est la conductivité thermique servant à calculer l’épaisseur de l’isolant pour atteindre l’isolation souhaitée.
  • Le déphasage thermique d’un isolant aide à lisser les températures entre le jour et la nuit.
  • La régulation hygrométrique. la capacité d’absorber la vapeur d’eau et de la restituer quand l’air ambiant est plus sec, sans perdre en isolation.
  • Les performances phoniques car tous les isolants thermiques n’isolent pas du bruit.
  • La longévité de l’isolant. Résistance à l’humidité, aux rongeurs, ou au tassement,
  • L’inflammabilité. Avec protection anti-feu avec des isolants inflammables
  • La santé. Choisir des fibres totalement neutres  (non irritantes pour le corps, non toxiques en cas de feu).

Tous les types d'isolation interieure et exterieure

Technique la plus courante, l’isolation par l’intérieur se fait communément en isolant l’intérieur des parois de la maison derrière une contre cloison maçonnée. Cette technique a l’avantage d’être moins couteuse et de ne pas altérer l’aspect extérieur de la maison. L’inconvénient est qu’elle ne règle pas les ponts thermiques éventuels et peut réduire la surface des pièces intérieures dans certains cas.

Il existe aussi l’isolation des murs dans leur épaisseur. Dans ce cas, les murs sont directement montés à l’aide de matériaux à isolant intégrés, pour isoler avec un seul produit  (béton cellulaire, brique monomur, …)
Les bénéfices sont  la performance thermique et la rapidité de mise en place (surtout en cas de rénovation lourde telles que les extensions, surélévations ou nouvelle construction. L’inconvénient est le coût souvent onéreux.

Isolation par l’extérieur

L’isolation par l’extérieur protège les murs des variations climatiques de la maison depuis l’extérieur. En performance, c’est une solution très efficace car elle traite les problèmes de ponts thermiques. Le mauvais côté est son prix plus élevé que celui de l’isolation par l’intérieur. Les formalités (déclaration préalable de travaux ou permis de construire) qu’elle suppose sont aussi  plus contraignantes.

Parlez-en à votre architecte, courtier en travaux ou autre responsable de votre chantier surtout dans le cas d’une extension de maison, ou un réaménagement intérieur. Ils sauront vous apporter les meilleurs devis pour ces travaux de rénovation

JPG

 

> Consultez les guides

 

2 Responses to Isolation : les bonnes questions à se poser
  1. bonjour
    quelles sont les nouvelles incidences du la nouvelle réglementation thermique appelée RT2013 sur la rénovation d’appartement ??? j’ai beau aller sur le site de L’ADEME pour en savoir plus, je ne comprens pas tout et ça ma l’air hyper draconien !! : /

    • la RT 2012 a davantage pour but de diminuer les besoins de consommation et de mieux isoler plutôt que de changer ses fenêtres ou chaudière. Sa logique est qu’il vaut mieux traquer les pertes thermiques et énergétiques avant de se pencher sur la rénovation de ses installations. De plus, la RT2012 concerne surtout la construction de constructions neuves. Cependant, pour les rénovations, il est bon de s’inspirer du label BBC-Effinergie, qui préconise une consommation d’énergie primaire maximale (pour une maison rénovée) aux alentours des 80 kWh/m2/an (contrairement à la nouvelle exigence de la RT2012 de 50 kWh/m2/an pour le neuf).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Abonnez-vous à notre blog !

Soyez les premiers à être informés en tapant votre email.

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter